L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

Journal vengeur
Article mis en ligne le 3 janvier 2018
dernière modification le 8 mai 2018

par CHARROL Jean-François
Visites : 62 - Popularité :
12%
logo imprimer
Licence : CC by-nc-nd

Aussi loin que je remonte dans mes souvenirs d’enfance à Eygalayes, je vois l’image du facteur Bontoux avec son képi bordé d’un galon rouge, sa canne se terminant par une pointe de fer, sa veste épaisse «  également bordée de rouge. Il faisait tourner fièrement sa canne tout en marchant, avec sur le dos un sac retenu par une bretelle.

Il était chargé de la distribution dans les fermes et hameaux, tandis que le facteur receveur de l’agence postale s’occupait du village.

Le facteur Bontoux armé de sa canne à pointe ferrée franchissait les fossés marneux allègrement et rejoignait la route, laquelle donnait accès à un chemin de ferme. Arrivé en vue de la maison, celui-ci agitait au bout de son bras le courrier. La fermière l’apercevait et venait gaiement à sa rencontre. Elle lui offrait quelquefois la «  goutte  ».

Le chemin de la ferme était assez long et pénible à parcourir. Bontoux imagina une boîte aux lettres rustique composée d’une large pierre plate posée sur de gros cailloux qui lui assuraient une stabilité horizontale et protégeaient les papiers du vent et de la pluie.

Cela déplut fortement au fermier qui, rencontrant le facteur dans les champs, lui tint un langage revêche :
«  sies un founctionari, deves veni à l’oustaou  »
(tu es un fonctionnaire, tu dois venir jusqu’à la maison)

Sous ces paroles aigres, vous pouvez lire la jalousie du fermier peu rétribué en comparaison du «  fonctionnaire  » supposé recevoir un traitement mirifique.

Le fermier, pour faire sentir sa colère, dit au facteur :
«  si continues a ne pas veni à l’oustaou, me vaou abouna aou journaou  »
(si tu continues à ne pas venir à la maison, je m’abonnerai au journal)

Le père Bontoux haussa les épaules sans riposter à ces propos piquants et continua tranquillement sa tournée. Après avoir détruit sa «  boîte aux lettres  », le facteur a repris chaque jour le chemin de la ferme.

Jean-François CHARROL

Nb : cette histoire m’a été racontée par Lucien Samuel, ancien maire d’Izon-la-Bruisse, aujourd’hui décédé.

Le facteur Bontoux est le 3e en partant de la gauche
© Essaillon


Forum
Répondre à cet article

Recherche multi-critères

Catégorie

Auteur

Publication

Année de Publication


Aucun article trouvé pour cette recherche
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.4
Soutenir par un don