L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

Lou Trepoun 51
LOU VOT DE SEDEROUN
Article mis en ligne le 13 décembre 2014
dernière modification le 13 août 2015

par BONNEFOY DEBAÏS Alfred
Visites : 537 - Popularité :
4%
logo imprimer
Licence : CC by-nc-nd

Retour au sommaire du Trepoun 51

Lire la traduction de Suzanne JOUVE

Lou vot : que de dous remèmbre nous adus aquéu poulit mot ! Eu nous fai revèire touto nosto jouvènço amourousido e arderouso, nous fai revèire noste endré en fèsto, endimencha, enribana, bèu que-noun-sai, mounte dins la joio e l’estrambord varaio tout un pople.

A Sederoun, noste vot toumbo lou bèu jour de Sant Baudèli, qu’es lou vint de Mai ; e se lou vint s’atrobo un jour oubrant, la festo se remando au dimenche venent. Fau vèire, vue jour avans, li galant preparadis que se fai : cadun netejo soun oustau, li regale s’escoubon, li bouis e la lichiero se garon di carriero, li sastre e coupairis à grand trin courduron li beus abihage qu’aquèu jour s’estrenaran ; li cabaretié meton à man la bouto de soun meiour vin ; I’àsti, li peiràu, li jato, li toupin, s’escuron à la coussàudo ; li coutèu s’amolon e li fatour carrejon li letro de counvit dins l’arroundissamen ; e, per que rèn manque, lou terraire se fai beu : lou couquinot s’alisco emé l’eigagno maienco e se vestis de flour e de fuiage ; li blad espigon, la frucho se nouso, li rasin fan riseto, lis aucèu nison, e lou bèu soulèu envertouio e recaufo tout acà de si rai d’or, qu’es uno benuranço !

Li gent qu’an un ase, à plen bourras, van querre de bouis à la Sauço, à Bargies vo sus Negroun, e’m’acà n’en fan un mouloun subre la plaço de la Planeto ounte la jouvènço de l’endré s’amaio pèr trena li bouis en guindoun.Après se drèisso lou bal ; li pau que lou mantènon soun vesti em’aquéli garlando que pendoulon emé gràci e fan un embelàri di pus agradiéu.

Lou dissate se vai querre lou Mai. Es lou pu souvènt uno drecho piboulo, primo e loungarudo, escabassa d’un an. Fau vèire emé quinto voio se travaio pèr la derraba, e que d’avisamen se pren pèr noun la degaia ! Uno fes lou Mai coucha subre l’erbo dou prat, dins si bras nervious lou prenon vint jouvènt, lou cargon sus sis espalo, e s’adraion de-vers Sederoun en cantant : Mai, poulit Mai !... Arriba davans l’oustau de la coumuno, l’aubouron e lou planton dre courre un éli, noun sènso ragué estaca à la cimo lou drapèu à tres coulour. Pas niéu se saup qu’es planta lou Mai, que dins un vira-d’iue touti li gènt dàu vilage soun aqui acampa à soun entour, la musico ié jogo sa primo aubado ; lou Maire, charpo i ren, n’en fai lou tour ; lis aubergisto l’abéuron emé de vin ; pièi lou pople s’aganto, s’encadeno ensèn, e zàu ! se fai un brande espetaclous, ounte pichot e grand, jouine et vièi canton :

Mai, poulit Mai, amount dins l’aire

Te pos auboura ’mé fierta

Siés nostre, sian tis aparaire,

Te voulèn sau pre en liberta ;

l’a cènt an qu’à-n-aquelo plaço

Te iè plantèron nàsti grand ;

Nàutri felen de memo raço,

Encuei coume éli t’aubouran.

Siés lou simbèu de nàsti joio,

Siés l’aubre grand, siès I’aubre fort,

Siés noste Mai plen de beloio,

Malur à quau te farié tort

En tu vesèn de nàsti rèire

Lou Bous remèmbre, o gai rameau !

Vesèn si jo, vesèn si crèire,

Lou sont amour dàu sàu nadau.

Voulèn que siegues de la fèsto,

Amor d’acà t’avèn planta

E, s’avèn messo vaut ta tèsto,

Es pèr que siegues respeta.

Après aquéu brande freneti, la musico jogo lis aubado souto li fenèstro dòu Maire, di Conse, dòu juge de pas, di cabaretié e di nàvi de l’annado. Noun s’àublido Moussu lou Curat que, ma fe, fai béure un bon chiquez i jougaire e se fai tira l’auriho pèr baia un bèl escut. « Au mens, dis i jouvènt, anessias pas manca la messo deman : se fai subre-ouro, anas vous jaire, e gardas de forço pèr jouga un cantico davans l’ouratàri de Sant Baudèli. »

Aperaqui vers li vounge ouro de vèspre, lis aubado estènt acabado, cadun rejoun soun oustau e se vai coucha, quau dins soun lié, quau à la feniero, noun sènso agué demanda à Diéu, d’à geinoun, que deman fague bèu tèms e que siegue flame lou vot.


lé sian ! vès-lou, lou bèu soulèu que mando sant Baudèli pèr sa fèsto ! Qu’es gai aqueste matin ! Si rai d’or jogon dins li branqueto, poutounon li flour de la prado, secon lis alo di par­paioun que prenon sa voulado, revihon lis auceloun e li grihet, à tout lou campèstre aduson vido, calour e clarta ; em’aco, pan ! pan ! tabason i fenèstro : « Zàu, dison au mounde, leven­se lèu, que sian aqui pèr vous empura e jouga’mé vautre tout lou sanclame dou jour ! »

Despachatiéu li gent s’abihon, se layon li brego, vougnon vo ciron si soulié ; li jouvènt bouton la plumo à si capèu, li drolo à si bouneto laisson voulastreja de poulit riban, touti li bouco soun riserello, es lou vot, quinte bèu jour !

« Mis enfant, dis lou paire à sa famiho rejoucho à soun entour, encuei sias libre de vous amusa à brassado : poudès dansa, farandouleja, courre, escala, sauta e que sabe iéu, emai que fagués tort en degun, que sigués bèn avenènt emé lis estrangié, zàu ! amusas-vous ! mai, vès, pèr bèn coumença la journado, fau qu’aven à la messo, car la joio es puro e fai de ben que se nous vèn de Diéu. »

Sian à la messo, la glèiso es coumo de mounde, lou brave curat Chapoun es tout esmougu, quand mounto en cadiero pèr nous retraire la vido de noste bèu sant Baudèli, qu’es aqui subre soun autar enmantela di flour que i’an adu li genti Sederouniero.

Entre qu’es acaba soun sermoun, noste curat nous dis : « Per que pousqués miei vous amusa, amor qu’encuei es lou vot, e pèr que manqués oas li Vèspro, lis anan canta subran aqui après la messo. D’aquéu biais n’aurés plus de pensamen qu’à la joio » ; e, d’efèt, après l’Ite missa est, ja ! largo lou Deus in adjutorium...

Es miejour. Dins la grand carriero i’a ’no bealado de pople, se vèi forço mai de capèu de paio que de gibus, e forço mai blodo que flaqueto. Li gènt de moun païs, en bon pacan que soun, amon miei soun vesti ande e lene que l’àbi de moussu tibia e susarènt.

Sus la plaço lou tambour rampello, li jouvènt se bouton en farandouio, lou varlet-de-viio porto lou ciéucle ounte soun estaca li pres ; lou Maire, cencha de sa cherpo, a lou gàrdi à soun coustat ; la farandouio s’esperlongo en-jusquo au pont de la Brouiado.Alor lou tam­bourinaire, lou varlet-de-viio, lou Maire emé lou gardi enregon la grand carriero ; serpente­jant, la farandoulo seguis, ensèn emé tout lou popie.Arriba davans la Crous, foro pais, sus un signe dàu gàrdi, lou tambour fai chut e lou Maire parlo coume eiçà : « Coume n’es l’us, anan acoumença pèr lou courre di chivau. Espinchas la bello brido, pèr aquéu qu’arribara lou proumié à l’àuratori de sant Baudèli, zôu ! aprouchas-vous, li courrèire ! »

Em’acà long d’uno rego traçado sus la routo, s’apàrion nàu o dès chivau à péu ; en bras de camiso, uno gauio de vege vo de tatino à la man, lis escambarion de jôuini païsan. Regardas­lèi courre soun fièr e bèu, aqueli fiéu dou terraire, emé si péu à l’auro, si braio de miejolano e si camiso de teio bourreto ; lou soulèu que tant lis amo, di si poutoun de fià a deja bruni si caro ; tout lou pople lis amiro, e, d’escoundoun li bèlon li drolo. Eli sourrisènt, plan-plan tabason sus lou càu de si mounturo, lis aflaton e caresson si drùdi creniero :tau un calignaire, ébri de joio, laisso courre si det tremouladis dins li péu de soun amigo esmougudo.A-n-aquéu dous touca li cavau tabason sus lou camin, bramon de joio e fernisson d’impaciènci.Acà vesènt, lou Maire fai un signe au tambourinaire que pico tres cop sus soun tambour.Au tresen cop part lou cavalin, patusclo e lando coume l’uiau, se gounflon li camiso di cavalié, la pôusso mounto dins l’aire, la routo trantaio, li gènt espaceja long dàu percours, s’abauson en avans pèr miel vèire, retenént soun alen.

Ah ! quinte moumen d’estrambord ! quau pourrié dire ço que ressènt tout aquéu pople, vesènt si fiéu ansin alanda, brido abatudo, se disputant lou pres ! Pamens au bout d’un pau s’entournon li courrèire.

« Es mai aquéu boujarroun de Louviset emé soun camarguen qu’a gagna la joio » cridon li gènt. »
« Ah ! que bèsti ! dison li meinagié ! Tant prim que lou vesès, emé si cambo d’aragno, farié peta mai que d’un de nôsti chivau double »


« Vivo Louviset ! crido lou mounde à soun passage, siés un bon orne ! -Te dounarai ma drolo ! »
« Bon bougre, Louviset ! lou pres restara à Sederoun ! »
E lou vincèire gai e bèu, la brido à la man, au pichot trot de soun camarguen, passejo planplanet entre lou pople que l’aclamo enjusquo à l’intrado dôu pais.
Se fai pièi lou courre di mibu, que la joio n’es uno cascaveliero ; pièi aquéu dis ase, ounte se ié gagno un bridèu em’un licôu flame-nàu.Après courron lis orne, li drole e li rèire-grand que gagnon un bèu bonnet blanc à flo loungaru.

Mai, ço que segur noun se fai dins forço pais, es lou courre di femo grosso, ounte podon ié prene part que li jàuini mouié maridado de mens de dous an.

Adounc li qu’an l’ur d’èstre dins li coundicioun vougudo, s’apàrion sus la routo aguènt chascuno un bro d’aigo sus la tèsto. Ansindo cargado, dèvon camina vo courre dous cènt pas, sènso tène lou bro. La primo arribado au le e qu’a lou mens escampa d’aigo, gagno lou pres.

E dequ’es aqéu pres ? Ato ! l’avès proun devina, es un bèu troussèu pèr l’enfantoun que vai espeli ; es uno bouneto enribanado, de làni bèn caudet, uno faisso abord loungueto, bourdado de verd, sièis bavarèu bèn blanc, dous parèu de bassoun emé ’no raubeto bluio. Tout acô bèu es aqui dins un gallant bressoun en nôuguié emé soun escrunsèu que fai gau de vèire : ié manco plus que lou gènt drouloun que, dins un parèu de mes, la maire, urouso e fièro, bressara en ié cantant

Nono, nino
Santa Catarino
Sara sa merino


Aquéu pres vôu dire au pople de coungreia, pèr que nosto raço jamai s’anequeligue ; es de mai un grand ounour pèr li femo grosso, e, Ces un acourajamen pèr que nous baion forço drole.

Aro, pèr-dequé se porto un bro d’aigo sus la tèsto ? Es pèr bèn faire vèire que mau-grat la groussesso, noun se fau escouta ; que fau travaia, e se boulega, e que lis enfant di païsan vengu dins la magagno soun li pu gaiard, s’abarisson quasimen soulet e fan de bon soudard.

Es-ti pas bèn verai qu’acà ’s uno noblo coustumo e qu’à Sederoun se fai bèn li causo ?
Aro anan vèire litres saut. Lou pople se durbis en dos renguiero e s’alongo dins lou prat coumunau ; se bouto un courdèu au sôu que dous ome mantènon estira en ié metènt lou pèd sus chasque bout.

Pèr bèn sauta, fau agué de bon boutèu e se pas trop força i dous proumié saut, que se fan sus uno soulo cambo ; mai au darrié saut, es aqui que se fau releva e se buta ’n avans ; lou sautaire dèu tomba clot sus si dous pèd : li taloun fan sèmpre bôri.
Du Vallen, un bèu jouvènt de Sederoun, sautavo dès-e-vue pas ei plan camp ; à soun darrié saut, s’aussavo à autour d’un ome que fasié esfrai. Damai res i’avié gara la joio ; mai un an que lou sôu èro dur e se, ai ! las ! lou paure se crebè ; despièi ’se n’es plus vist soun parié.

Li tres-saut acaba, li gènt se bouton en round dins lou prat ; es aqui que se vai faire la lucho.

(A segui)

A. BONOFE DEBAIS

Lire la traduction de Suzanne JOUVE

Retour au sommaire du Trepoun 51


Forum
Répondre à cet article

Calendrier

Évènements à venir
30
juillet
2018
lieuSalle des fêtes Jean Jaurès
horaire du lundi 30 juillet 2018 à partir de 10h00
au samedi 4 août 2018 jusqu'à 18h00

04
août
2018
lieuMairie de Séderon
Quartier des Biaux
horaire 15h30 - 17h00

Recherche multi-critères

Catégorie

Auteur

Publication

Année de Publication


Aucun article trouvé pour cette recherche
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.0.99
Soutenir par un don