L’Essaillon
Séderon, en Drôme provençale
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

Lou Trepoun 49
La fête des Louis à Séderon
Article mis en ligne le 19 décembre 2013
Paru dans notre revue : décembre 2010
dernière modification le 13 décembre 2014
par ESSAILLON
Imprimer logo imprimer Enregistrer au format PDF Licence : CC by-nc-nd

Nos plus vifs remerciements à Messieurs René DELHOMME, Lucien GHISALBERTI, Jean GIRARD, Claude MOULIS, Guy REYNAUD, Jacques ROUX, Charles SURMONT qui nous ont communiqué des photos et des informations.

Louis, un prénom inscrit dans l’histoire de France et de l’Europe : Ludovicus, Louis, Ludwig, Luigi...

Notre calendrier nous rappelle que la Saint Louis se fête le 25 août. Mais la « fête des Louis » n’était pas une fête religieuse même si la date est la même et si un prêtre présidait la cérémonie.

Parce qu’ils étaient nombreux à porter ce prénom et que faire la fête ensemble était une occasion de se retrouver, il n’est pas étonnant que l’idée soit venue à trois Louis de Séderon d’en faire une fête... de l’amitié !
Une fête avec fanfare, majorettes, figures de carnaval et banquet.

En plus de photos nous devons à Jacques Roux de connaître l’histoire de son origine :


Louis ROUX

Créée dans les années 1965 à l’initiative de son père Louis Roux, de Louis Ville et de Louis Espieu, ce n’était donc pas une fête religieuse même si la religion n’en était pas absente avec la présence du curé Petit. Dès le mois de mai les trois Louis consacraient tout leur temps à cette organisation à laquelle Jean Mathonnet apportait son concours.

Un banquet avait lieu à l’hôtel-restaurant Bonnefoy et était suivi par un bal où Louis Veux jouait de l’accordéon.

La fanfare était de Revest. Un concours de boules réputé attirait aussi les amateurs.
Le petit monument encore visible à l’entrée Nord de Séderon (quartier de l’Essaillon) a été bâti par Louis Jouve et le buste de Saint Louis avait été commandé à Marseille par Louis Roux.

Etat du site en 2009

C’est dans un article de CONTACT de mai 1994 signé par le Père Petit que nous avons retrouvé l’évocation de la fête des Louis. Il y écrivait après le décès de Louis Espieu :
« Vous étiez l’un des artisans de la fête des Louis : chaque année vous rassembliez les Louis du canton pour faire la fête au village avec Louis ROUX et Louis VILLE décédés. »
Arrêtée en 1980 lors de la maladie de Louis Roux décédé en 1982, cette fête attirait beaucoup de monde comme on peut le voir sur cette photo :


de gauche à droite, Louis VILLE, Louis CAYSSIAL, Louis ROUX, Louis FRANCOU
Louis CHAUVET, Louis GIRARD, Louis BEAUCHAMP, Louis DETHES
Louis COTTON, Louis JOUVE, Louis ESPIEU

après Louis Girard, M. Quenin (père de Francis) et Louis Cayssial, garagiste au Buis.

allocution du Père PETIT


Cérémonie Place de l’Église

 LES GROSSES TÊTES

 LES MAJORETTES - 25 août 1975








Louis Ville, Edmond Jullien, Louis Cotton, ? , Louis Roux

à nouveau Louis Cayssial (à gauche de Louis Roux), mais ce n’est pas Edmond Jullien qui se trouve entre Louis Ville et Louis Cotton !

Louis Girard, Louis Cotton


Objets insolites
pochette d’allumettes conservée par Lucien GHISALBERTI

P.S. :

Dans notre précédent numéro, plusieurs photos illustraient ce que fut la fête des Louis dans les années 1970 – quelques lecteurs nous ont apporté des précisions et des rectifications sur les légendes de ces photos :

  • photo haut de page 9 : après Louis Girard, M. Quenin (père de Francis) et Louis Cayssial, garagiste au Buis.
  • photo haut de page 16 : à nouveau Louis Cayssial (à gauche de Louis Roux), mais ce n’est pas Edmond Jullien qui se trouve entre Louis Ville et Louis Cotton !
    Paru dans Lou Trepoun n° 50
Forum
Répondre à cet article

Calendrier

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53