L’Essaillon
Séderon, en Drôme provençale
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

I’a ges de pan
Article mis en ligne le 27 septembre 2013
Paru dans notre revue : novembre 1994
dernière modification le 13 décembre 2014
par JOUVE Suzanne
Imprimer logo imprimer Enregistrer au format PDF Licence : CC by-nc-nd

Faudrié ana vèire à Sederoun se lou Moullet l’a fa couire, soun pan.

« Zòu, Lucian, pren ta biciéucleto e tiro vers Sederoun veire se i’a de pan, e se n’i a, digo, ié, au fournié que l’anaren querre emé la jardiniero ».
Ansin parlavo la Mario dóu Bernat à moun fraire. Acò se passavo lou 10 d’avoust de 1944.

Moun fraire, que manjava dins si douge an, agantè gaiard sa becano e lou vaqui parti, tout en aio, vers Sederoun.

Rèn se sarié passa se, aqueú jour, entre arriva à l’Essailloun, lou Lucian noun aguesse vist (à ço que diguè) tres avioun que viravon sur la Tourre, pièi sus lou Crapoun avant de pouja just au tresplounb de la glèiso.

Eù arrivavo sus lou pount e li veguè, aquélis avioun, que largavon de « boutiho emé d’aleto ! »

De l’autre coustat dóu pount, i’avié lou Jùli Guerrin e lou Janot Charroù que s’escapèron dins la ribiero. Es alor que lou Lucian coumprengué qu’acò ero serious e marcavo mau. Dins un vira d’iue, virè de bord dins l’idèio de s’entourna au plus lèu vers Eigalaio.

D’aqueú putan d’avioun ! vejaqui pas que se boutè à lou segui ! dirias à lou courseja, éu e sa bacano !

« Vesiéu lou quitran, diguè pièi lou Lucian, coume se s’aubouravo davans ma biciéucleto. Quichave tant que poudiéu sus li pedalo, e dóu mai quichave, doù mai me largavo d’aqueli balo e… taratata… taratata !… Fasiè lou councert eilamoundaut !… »
Lou guidoun trantaiavo tant que e n’en siéu à me demanda s’èro iéu que lou fasié trentaia... o lou taratata... vengu d’amount ! Iéu, entendiéu plus rèn ! »
Un cop, arriva au « Quatre », atroubè un group de resistant ; n’iavié tres que ié cridèron :

« Mai, siès pas fòu ! diguèron en francès, ameno-te aqui, e ten-te tranquile ! »

E moun Lucian de s’acata contro lou tilhou. Lou Pascau iè baiè un sucre em’un degout d’aigo arden per lou reviscoula. Li resistant à cop de fusièu, tiravon sus l’avioun que fasié encaro un tour, pièi tòuti tres s’esvaliguèron leissant lou vilage esbalausi.

« Aro, pos i’ana ! An parti, aquèli fòu ! », li resistant diguèron à moun fraire.
Aguè lèu fa, lou Lucian d’aganta sa biciéucleto e de grata pinedo sens espera soun resto.

Quau vous a pas di que, entre arriva au vilage, fuguè souspres de veire tout lou mounde sus la plaço que se fasien un sang de bilo, en peno pèr éu, Lou Lucian.

Es que l’avien vist, l’avioun, que voulavo au dessus d’Eigalaio ! (Me souvène, iéu, aviéu à peno quatre an, m’atrouvave encò di vesin em’uno quingeno de persouno qu’alucavon l’avioun e que lou cop que venguè un pau trop proche, s’escampihèron coume d’ancèu afoulesi !)

E sus la plaço, la Mario doú Bernat se descounsoulavo :

« E ieú, qu’ai enmanda lou drole eilabas ! se se poú ! »

Ma maire bramavo tant que e tremoulavo...

Lou Lucian, pamens, pounchejè, blanquinèu plan-plan, espanta de veire tout aqueú mounde, dins lis ànci, e que l’esperavon, eú !

E lou pan me dirès ?

Degun pensè jamai de demanda se i’avié agu de pan à Sederoun !

L’endeman aven sachu que lou Jan Charroù ero esta forse amaluga, doú tems que lou paure Jùli, éu, n’en revendrié jamai.

Per ço qu’es daú Lucian, ma fisto, es de creire qu’ero pas soun ouro !

Suzanne JOUVE

Lire la traduction

Forum
Répondre à cet article

Calendrier

janvier 2018 :

Rien pour ce mois

décembre 2017 | février 2018

Pas d'évènements à venir
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.22